Négociation salariale Part 1

Interview  avec Natasha RATIARISON, Consultante Audencia Career
et Clemence ROUART, Révélatrice de talents

 

Comment estimer le salaire d’un poste ?
Le salaire d’un poste, je l’estime par rapport à la valeur que la personne apporte et par rapport au marché aussi. Mais on ne négocie son salaire que lorsqu’on est sûr et certain de vouloir travailler ensemble, sinon c’est une perte de temps et d’énergie et ça ne va pas être efficace. C’est aussi possible de dire : Est-ce que moi j’ai envie de travailler avec vous et est-ce que vous avez envie de travailler avec moi ? Ça montre aussi une certaine maturité ou en tout cas une posture qui montre qu’on n’est pas prêt à se vendre à n’importe quel prix.

Votre réel avantage c’est valoriser vos compétences, après si l’entreprise est dans une autre logique que la nôtre et qu’elle a deux profils égaux et que y’en a un qui demande un peu moins que l’autre,
c’est dans quelle mesure vous avez bien pensé la justesse de ce que vous avez demandé, et comme vous avez regardé les salaires médians et les salaires du marché, logiquement vous êtes dedans. C’est dans la partie préparation et recherche, on n’improvise pas en fait.

Et si vraiment le salaire posait soucis alors qu’ils veulent vraiment travailler avec vous et pareil pour vous aussi, utilisez des leviers tel que les paliers, le package et une autre chose dont on n’a pas forcément parlé, c’est travaillez moins pour le même prix, comme ça vous ne perdez pas de terrain.
En tout cas, il faut toujours se laisser le temps de digérer l’information, de prendre de la hauteur sur l’information avant de réagir, des fois on s’emballe et on se rend compte qu’il y avait des écueils qu’on n’a pas vu. Donc prendre du temps avant d’avancer une réponse, qu’elle soit positive ou négative.

Comment aborder le sujet sans avoir l’air d’être matérialiste ?
Déjà essayez d’aborder le sujet du salaire le plus tard possible en entretien. Ensuite ce que vous apportez a une valeur et un coût pour l’entreprise, il faut l’aborder le plus naturellement possible sans être en sentiment de demande. De toute façon si vous êtes face à un recruteur c’est qu’il a un besoin. Personnellement, quand je vendais des missions de recrutement, je leur demandais combien ça leur coûte aujourd’hui de ne pas avoir la personne en poste, depuis combien ça dure, vous multipliez par le nombre de jour la perte engendrée, ça donne un chiffre et quand je propose mon prix de consultante de mission, c’était ridicule par rapport à ce que ça leur coûte. Il est bien aussi de demander combien ils proposent. Sachez en face, ce qui se joue et ce qui est pensé, pour pouvoir à la fois vous dire ce que vous avez préparé, parce qu’il faut de toute façon que vous ayez préparé des choses à dire à ce propos, si c’est dans les moyennes que je veux donc la négociation va être fluide, sinon, s’il y a un grand écart en votre défaveur, pouvoir au moins avoir tous les éléments au préalable pour bien négocier.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *